Amphipolis : encore un peu de patience

L’énigme bientôt résolue

Article du 15 août 2014, paru dans le journal Kathimerini, par Giotta Sykka. 

Cliquer ici pour lire l'article en version originale (grecque).

Traduit par Evangelia Tzimourta

 Dans le fameux monument funéraire, le tumulus Kasta, qui a été découvert dans la région d’Amphipolis, près de la ville de Serres (nord de la Grèce), le mort énigmatique qui depuis quelques jours enflamme les imaginations, garde toujours secrète son identité, sur laquelle les hypothèses vont bon train. Certaines scientifiquement fondées, d’autres relevant d’un excès de zèle ou d’un enthousiasme hâtif.

 Bien sûr que notre fierté nationale blessée serait stimulée par une nouvelle découverte archéologique importante, pareille peut-être à celle de 1977, avec les fouilles de M. Andronikos (découverte à Vergina de la tombe de Philippe II, père d’Alexandre le Grand). Mais, comme l’a signalé le premier ministre grec, Antonis Samaras, qui est arrivé à Serres, « l’excavation va se poursuivre à un rythme dicté à la fois par la découverte elle-même et par l’éthique scientifique » et il recommande « de garder patience quelques jours ».

 Une découverte unique

 Maintenant, il est clair pour tous qu’il s’agit d’une découverte unique, confortée par la présence du monument du lion d’Amphipolis, relié à l’enceinte funéraire du tumulus. (ou du mausolée). Une découverte archéologique également importante, en raison de l’ampleur de l’enceinte qui atteint les 498 mètres et date du dernier quart du 4ème siècle av. JC. (entre 323-300 av. JC),dont le volume et l’architecture ont impressionné jusqu’aux archéologues chargés des fouilles. De même, les deux statues sans tête et avec les ailes coupées et portant des traces de peinture rouge sur les pieds, qui faisaient partie du linteau de l’entrée de la tombe.

Selon Mme Katerina Peristeri, qui dirige le chantier, et l’architecte, M. Lefatzi, les deux sphinx proviennent du même atelier que le lion d’Amphipolis qui ornait le sommet de la colline de Kasta. En ce qui concerne l’enceinte qui forme un cercle, elle est d’une précision géométrique incroyable et la chronologie de sa construction coïncide avec des événements historiques capitaux qui ont eu lieu dans la région.

 Le monument, luxueux et impressionnant, construit avec du marbre de Thasos, est supposé avoir été celui d’un officier important parmi les vétérans de l’armée d’Alexandre. Des archéologues soulignent « qu’il est unique dans la région des Balkans » et pour d’autres « son architecture ne rappelle pas les tombes macédoniennes de la région ».

 Ce qui est caché à l’intérieur de la tombe d’Amphipolis sera révélé d’ici 15 à 20 jours, affirme le ministère de la Culture, « quand les responsables des fouilles auront progressé et seront descendus d’un niveau, à celui du sol ». A ce moment là, nous saurons si la tombe a été pillée, comme en témoignent les deux sphinx sans têtes et aux ailes coupées, affirment les spécialistes de l’architecture macédonienne. « Il n’y a que si le toit s’est effondré avant que les profanateurs n’entrent à l’intérieur que la tombe n’aura pas été pillée »

Les premières recherches archéologiques dans la région ont été faites par l’archéologue M. Lazaridis au cours des années 60. Après sa mort, en 1985, Mme Koukouli a continué ses travaux, tandis que depuis 2009, c’est l’Inspection archéologique qui conduit les fouilles. Mme Peristeri a d’abord poursuivi les recherches au même niveau que précédemment, mais en 2012, elle s’est orientée plus bas, en détectant l’enceinte du mausolée. En ce qui concerne la hauteur initiale du tumulus, on estime qu’il atteignait jusqu’à 30 mètres.

 Les attentes

 « 90% du contenu a dû être pillé pendant l’époque romaine » estiment certains archéologues, à propos de cette découverte capitale, tandis qu’ils rejettent la possibilité qu’il s’agisse de la tombe d’Alexandre le Grand, dont la majorité de la communauté archéologique estime qu’elle se trouve à Alexandrie.

 Ils ne considèrent pas très probable non plus la théorie selon laquelle serait inhumée là Roxane, l’épouse d’Alexandre, tuée par Cassandre en 311 av. JC à Amphipolis, et son fils Alexandre IV.

 De plus, ils soulignent que la statue de lion qui se trouvait au sommet du tumulus, semble indiquer que le défunt est du genre masculin. Quand à la tombe du fils et successeur légitime d’Alexandre, il n’est guère contestable qu’elle se trouve dans la région de l’Egée, à côté de celle de son grand père Philippe II.Il faudrait produire des preuves très solides et des éléments qui montrent qu’il s’agit bien de la tombe d’un adolescent pour ébranler ces certitudes. 

Compagnons d’armes d’Alexandre le Grand ?

La théorie la plus proche, quant à l’énigme du mausolée, semble être celle des compagnons d’arme d’Alexandre, généraux ou amiraux. Comme par exemple Néarque, d’origine crêtoise, le chef de sa flotte, ou encore l’amiral Laomédon. « C’est la première génération qui retourne en 320 av. JC en Macédoine et qui a les moyens financiers et la capacité d’une telle construction. A la fin du Ivème siècle, le flux d’argent en provenance de l’Est (de l’empire) cesse parce l’on a créé les Etats souverains » nous expliquent les archéologues.

 Enfin, ils n’excluent pas la possibilité que le monument soit « polyandrion » (dédié à plusieurs hommes). A la fin, c’est aux experts de tirer des conclusions. « Il faut que l’on puisse rester un peu seuls, afin de travailler vraiment » demandent les archéologues chargés des fouilles.

Laissons-les donc. La publicité excessive favorise les exagérations. Bien que tous les médias regorgent de reportages qui insinuent clairement qu’il s’agit de la tombe D’Alexandre le Grand, rappelons-nous que le même privilège est revendiqué par de nombreux pays qui vont de l’Inde à l’Ouzbékistan, de l’Iran à l’Egypte. De plus, à Alexandrie, sa tombe a bien existé et a été connue sous le nom de «Σώμα » (Corps) ou «Σήμα » (Signe) et visitée par de nombreux personnages historiques comme Jules César ou l’Empereur Auguste. 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×