Amphipolis : une découverte majeure

Une terre riche d'histoire

Un texte d'Evangelia Tzimourta qui nous rappelle l'importance de cette découverte, avec la traduction d'un article du journal "Kathimerini".

Lien vers la traduction

Amphipolis : le succès médiatique

Depuis quelques jours, tous les regards en Grèce sont tournés vers la petite ville d’Amphipolis au nord du pays, près de la ville de Serres. Et la raison de cette curiosité soudaine pour cette région, c’est la découverte archéologique récente, très importante, d’un monument funéraire. Cette découverte flatte la fierté nationale de la Grèce et représente un espoir en matière de tourisme.

 Reste à apprendre l’identité du défunt qui se cache sous ce tumulus et qui se repose depuis près de vingt-quatre siècles, dans le sol grec.

Un mausolée d'une taille considérable

L’ampleur remarquable de l’enceinte du mausolée, qui atteint les 498 mètres et qui date du dernier quart du 4ème siècle av. JC., son grand volume et son architecture impressionnante, laisse entendre qu’il s’agit là d’un apport historique de premier ordre. D’où la visite sur place du premier ministre grec lui-même, qui a salué l’ événement en le qualifiant de « découverte unique ».

 Les responsables des fouilles vont pénétrer à l’intérieur de la tombe dans les prochains jours.

L’entrée du monument est ornée de deux statues de sphinx, gardiens fidèles de la tombe. Leur image a déjà fait le tour des médias grecs et internationaux. Cependant, leur torse sans tête et leurs ailes coupées donnent lieu à des soupçons, quant à un pillage qui serait survenu pendant l’époque romaine.

Néarque ou Laomédon

 En ce qui concerne les hypothèses sur l’identité du mort, la majorité  des archéologues rejettent la possibilité qu’il s’agisse de la tombe d’Alexandre le Grand. La théorie la plus probable est que le défunt soit l’un des compagnons d’arme d’Alexandre, tel Néarque, le chef de sa flotte ou encore l’amiral Laomédon. Bien que nombreux soient ceux qui persistent dans l’espoir qu’il s’agisse du grand conquérant.

Espoir que couvent surtout les non-spécialistes.

 On aura la réponse dans quelques jours. Chacun attend en retenant son souffle. Chaque nouvelle découverte nous rend le passé plus proche et notre histoire plus accessible. En même temps,  tout nouvel apport éclaire notre présent et élargit nos conceptions quant à notre avenir. Non seulement au niveau national mais au-delà des frontières. Car l’histoire appartient à tous. Et elle continue à nous enrichir sans relâche. Heureusement !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×