Dans les pas du Greco

En Crète, des ateliers pour tous.

Des élèves du primaire et des « grands-mères » ont pris les pinceaux

D'après un article de Manolis Kokolakis paru dans le journal Ethnos le 13 août 2014. Lien vers l'article en version originale

Traduction de Evangelia Tzimourta.

En Crète, paysans et paysannes de 90 ans ont pris le pinceau, inspirés par Le Greco.

 Des élèves du primaire, des adultes et des anciens ont participé aux ateliers d’art collectifs, qui ont été organisés dans le village rural de Ini, dans le département de Héraklion par l’association culturelle locale, en l’honneur du peintre crétois Le Greco, reconnu dans le monde entier. 

 Les activités développées, dans le sillage du peintre, étaient sans précédent. Et les réalisations ont été très impressionnantes, surtout celles des plus anciens qui ont eu pour la première fois l’occasion de tenir un pinceau et de « jouer » avec les couleurs.

 Un documentaire de M. Lefeteri Haroniti a permis de faire connaissance avec l’oeuvre de ce grand peintre. Et, au travers de discussions, les artistes Evangelia Goula, Adriani Kasapaki et Mirto Tzaki, ont proposé une approche de son travail artistique

 Ensuite, le rôle de chaque participant a été précisé, on a réparti les matériaux et des directives ont été données, suggérant un itinéraire artistique qui permette une « interprétation créative » de l’œuvre du Greco, des plus jeunes aux plus âgés.

 «Emouvantes sont la présence et l’envie  de ceux qui, par l’âge, sont loin de l’enfance, mais conservent en eux la flamme de « l’adolescent créatif » et sont en « quête d’une spontanéité d’expression» comme ils l’ont démontré par leurs créations », a déclaré le président de l’association culturelle Titos Kokolakis.

Il a ajouté également que tous les participants découvraient les « chemins de l’art pictural » et étaient pour la première fois en contact avec le matériau artistique. Ils y ont répondu avec beaucoup d’enthousiasme et d’émotion 

 « On a cherché la lumière dans l’obscurité, on a dessiné en couleur, en brisant les formes stéréotypiques du style byzantin, en libérant l’imagination, en la repoussant jusqu’aux limites de chacun», a declaré la responsable du programme Evangelia Goula.

 A la fin de ces deux jours, les œuvres de ces « jeunes » artistes ont été transférées dans un lieu accessible à tous les visiteurs intéressés, pour une exposition plus longue.

 Pendant cette période, dans toute la Crète, et particulièrement à Héraklion et Malevizi, ont lieu de nombreux événements qui rendent hommage au Greco, pour le 400e anniversaire de sa mort.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site