L'un des plus vieux oliviers du monde

Le viel olivier des Vouves, un pôle d’attraction majeur du département de la Canée, en Crète.

Lien vers l'article paru dans le journal kathimerini, le 8 octobre 2014, par Alexandra Skaraki

En laissant derrière nous le bleu de la mer et en montant vers la région des Hautes Vouves, le regard se perd dans le vert des vignobles et des oliviers, des arbres fruitiers et des bruyères exubérantes qui couvrent les collines de la région. Une ou deux maisons et au détour d’un virage serré, émerge, fier et imposant, sur les hauteurs de la colline, l’olivier de Vouves. Avec une impressionnante ramure et un tronc dont le périmètre dépasse les douze mètres, l’olivier est remarquable par son esthétique et son intérêt écologique et historique. 

2 15

Les caractéristiques botaniques de l’arbre et son périmètre particulièrement vaste, de même que la découverte par la 25ème direction des Antiquités préhistoriques et classiques de deux monuments funéraires de la période géométrique à côté de l’arbre, fondent la conviction que l’olivier de Vouves peut être considéré, selon toute vraisemblance, comme l’olivier le plus vieux du monde. La détermination de l’âge de l’arbre reste cependant incertaine. La méthode de radio-isotopes ne peut pas être appliquée parce qu’au fil des siècles, le bois intérieur du tronc s’est raréfié jusqu’à disparaître. 

L’arbre est encore productif aujourd’hui car il a été greffé avec la variété de l’olive mastoïde, connue sous le nom de « tsounati ». Cet olivier historique est devenu, sur le plan international, un symbole de paix, un lieu de pédagogie, de culture et de sensibilisation à l’environnement, et certains de ses rameaux ont été coupés pour la récompense des vainqueurs des Jeux olympiques d’Athènes et de Pékin. Le tronc de l‘arbre rappelle une sculpture de la Renaissance italienne avec ses ramures en faisceaux, qui dessinent de sinueuses volutes. 

En 1997, l’arbre a été déclaré « monument naturel ». De événements éducatifs, culturels et artistiques sont organisés chaque année à Vouves, avec comme toile de fond l’impérieux olivier, attirant des foules de toutes nationalités. 

Près de cet arbre historique se trouve le musée de l’olivier, fondé en octobre 2009 et inauguré par le patriarche Bartholomée […]. Selon le maire Yannis Malandraki, le musée est « le fruit de la nécessité de sauvegarder ce qui constitue la vie de nos habitants, mais aussi de ceux de la Crète et du pays tout entier ».

 Une petite habitation traditionnelle du 19ème siècle, qui a été restaurée abrite aujourd’hui « le Musée de l’Olivier des Vouves ».La visite vaut le détour. Sous nos yeux, c’est toute l’histoire de la vie et du labeur des générations précédentes qui se déploie, racontant la culture et les bienfaits de l’olive et de l’huile crétoises. Les objets exposés sont simples mais précieux. La charrue en bois de l’époque d’Hésiode, des pots artistiquement ouvragés pour le stockage de l’huile, des cruches et des lampes à huile, des feuilles d’olivier fossilisées et des œuvres d’art contemporaines, complètent le puzzle  de l’histoire de l’olive. 

« Le musée de l’olive de Vouves constitue la pierre angulaire de l’important musée et centre de recherche, en projet et qui doit être érigé sur un terrain public, juste en face » ajoute monsieur Malandrakis. L’olivier de Vouves constitue un exemple parfait des efforts entrepris pour la préservation des vieux oliviers de Crète, qui risquent ces dernières années, de finir en bois de chauffage et remplacés par de nouveaux arbres.

Cet arbre particulier, pourtant, offre depuis des siècles et sans interruption son huile précieuse « l’or vert » et représente un trésor culturel pour notre pays. 

Traduit par Eva Tzimourta

 

2 11

 

 

 

2 3

 

 

 

2 10

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×